QUI SUIS-JE ?

[dropcap][/dropcap]Comme vous le savez sans doute je m’appelle Ousmane DIALLO et je suis né à Labé, d’un père ingénieur agronome (Elhadj Mamadou Saïdou DIALLO) né lui-même à Kakoni (Gaoual) et d’une mère enseignante (Hadja Fanta KONE) originaire de Kita (République du Mali).

Mes racines sont foutaniennes, Mandingues, Basse-côtières, multi-ethnique et fondamentalement guinéennes.

C’est à Gaoual pour l’essentiel que j’ai passé ma petite enfance. C’est là que j’ai été initié comme le dirait les anciens aux valeurs traditionnelles de nos cultures avec la bienveillance d’une mère dévouée et aimante pour ses enfants et rigoureuse sur les principes tout en étant ouverte sur les autres dans un milieu multiculturel diversifié et passionnant.

C’est dans cette ambiance de transition entre la culture traditionnelle et la modernité, dans une ville carrefour entre la basse côte et le Fouta-Djalon d’une part de la Guinée la Guinée-Bissau et du Sénégal d’autre part.

Un lieu de rencontre entre les cultures Ballantes, Koniagui, Bassari, Soussou, Diakanké bref une ville idéale pour forger ma personnalité et mon idéal de société où chacun à sa place.

Je suis arrivé à Gaoual très jeune pendant les vacances de l’année 1973 et depuis je suis attaché à ma ville et à ses habitants. C’est donc tout naturellement à Gaoual que j’ai passé l’essentiel de ma petite enfance.

C’est à l’école primaire Alpha Yaya DIALLO que je fis mes premiers pas d’écolier sous la bienveillance d’une mère enseignante et d’un père ingénieur, tous deux soucieux de transmettre la meilleure éducation possible à mes sept (7) frères et soeur et à moi.

Après mon cycle primaire et une partie de mon collège, c’est à Conakry que j’ai terminé mon collège et effectué la quasi-totalité de mon Lycée.

Admis à l’université de Conakry, j’ai poursuivi un double cursus en sciences mathématique et en sciences économiques pendant deux ans avant d’aller en France poursuivre mes études universitaires qui me conduirons à Cambridge (UK), au Canada (HEC) et aux USA.

Diplômé d’un DEA de Sciences de Gestion, d’un MBA et d’un diplôme d’ingénieur informatique c’est en France que j’effectue l’essentielle de ma carrière professionnelle. D’abord dans les services, les médias et l’assurance ensuite dans la Banque et les Finances.

C’est tout naturellement que je vais faire mes premiers pas de jeune cadre à Paris comme ingénieur dans une société de conseil en Ingénierie Informatique (Altran Technologie).

Une carrière que j’ai poursuivie par la suite pour devenir Expert dans les systèmes décisionnels.

PARCOURS ACADEMIQUE

  • 2004 : Diplôme d’Ingénieur Concepteur et Administration de Base de Données en Système Ouvert, Université de Versailles à Saint Quentin
  • 2000 : DESS Management des Systèmes d’Information, IAE Université Lyon 3
  • 2000 : Diplôme d’Université (D.U) Conception des Systèmes d’Information Communicants, IAE Université Lyon 3.
  • 1999 : Master en Administration des Affaires (MBA) HEC Montréal
  • 1998 : Diplôme d’Etudes Approfondies (DEA) Gestion d’Entreprise, Université Lumière Lyon 2.

L’ENGAGEMENT POLITIQUE…

Mon engagement politique est étroitement lié aux mouvements étudiants de la fin des années 80 qui ont vu toute la jeunesse africaine contraindre les régimes autocratiques à l’ouverture démocratique.

Les mouvements étudiants auxquels je participai activement fois ébranla pour la première le pouvoir militaire du Général Lansana CONTE qui quelques mois plu tard annoncera l’instauration du multipartisme et autorisera la création des partis politiques.

C’est à la faveur de cette ouverture démocratique, que je me suis engagé dans la jeunesse du Parti Guinéen du progrès (PGP) dirigé alors par Elhadj Alpha Abdoulaye Portos DIALLO. Après avoir été animateur dans l’implantation du parti je deviens coordinateur de la jeunesse du PGP de Dixinn.

À la suite du rapprochement du PGP et l’UFDG dirigé par Elhadj Cellou Dalein DIALLO, j’intègre le Bureau Exécutif de l’Union des Forces Démocratiques de Guinée (UFDG) et l’équipe chargée des questions électorales ce qui me place en première ligne dans le combat pour la démocratisation inachevé de notre pays malgré l’élection du deuxième président civil à la tête de la Guinée depuis son accession à l’indépendance en 1958.

Lors du scrutin présidentiel de 2010, je participai activement au sein des structures du parti et permis, la mise à nu de la gigantesque machine à fraude mise en place par le RPG et la coalition de l’Arc-en-ciel qui conduira à l’installation d’Alpha CONDE à la tête du pays. Malgré cette déception, je reste plus que jamais déterminé à jouer ma pour le rayonnement du parti présidé par Elhadj Mamadou Cellou Dalein DIALLO.

Je reste intraitable sur la défense de notre constitution, et du pluralisme politique dans son pays ce qui m’amène à participer quasiment à toutes les manifestations politiques en Guinée et ailleurs dans la ligne droite de la politique de l’UFDG et de ses alliés.

L’UFDG LE PARTI DE L’ESPOIR

Je suis convaincu, que c’est au tour de l’UFDG qu’un large rassemblement des guinéens peut se construire pour offrir une alternative de progrès et de développement à notre pays et éviter ainsi à la Guinée de sombrer sous une dictature. Et lorsque cela est nécessaire, mes prises de positions sont sans concession, dans les médias et dans les manifestations publiques face au dévoiement de la République. Il n’est pas question d’hésiter face à une autorité lorsque celle-ci viol délibérément ses propres lois nous devons agir.

L’exigence d’intégrité, une véritable liberté, la lutte contre l’ethnocentrisme et contre la corruption sont quelques uns des axes forts de mon engagement politique.

LE SPORT, UNE AUTRE VIE

Mon parcours universitaire et professionnel sera jalonné d’une pratique sportive de haut niveau qui m’a amené à représenter notre pays dans plusieurs compétitions internationales dont :

  • Les jeux Olympiques (Séoul 1988),
  • Les jeux africains (Nairobi 1987, Caire 1992)
  • Un championnat du Monde (France 1987).
  • Des Championnats d’Afrique (Tunis 1989 et 1995, Maroc 1991),
  • Les Championnats de France (de 1990 à 1997).

L’ACTION AVANT LES MOTS

Dès le début des années 90, avec les fermetures universitaire consécutive aux mouvements étudiants, j’ai décidé d’aller à Gaoual donner des cours de soutien dans le lycée et le collège de Gaoual-centre, préfecture enclavée et boudée par les enseignants.

Au cours d’un de ces séjours, je mis en place une associations des jeunes pour le développement avec laquelle en 1993, j’obtiens le financement de l’ONG française Entraide Médicale Internationale (EMI) qui pour la construction du terrain de basket et de volley pour les jeunes de Gaoual.

Une action qui alluma en moi cette envie toujours présente de donner de mon temps, de mon énergie et de mon expérience à mes concitoyens gaoualois.

Une fièvre que j’ai toujours et qui ne me quitte plus.

AGIR PAR LE CONCRET

  • 2013 : Réfection de neuf( 9) ponts sur le mont Lamy à Solou dans le Binani
  • 2013 : Lancement des travaux de construction d’une école de trois classes à Diana dans Koumbia
  • 2011 : Lors de la tragédie provoquée par les incendies à Gaoual, Missira et Mandinki, Houmbaya et Kounsitel il a mobilisé l’ensemble des ressortissant de Gaoual en France, en Espagne, en Angola et aux USA pour venir en aide aux sinistrés. Cette mobilisation a permis de réunir plus de 100 millions de francs guinéens.
  • 2010 : Lors de phase finale de la coupe de monde de football en Afrique du Sud, il fit dont de Kits satellite aux sous-préfectures de Kakoni et Koumbia et de la commune urbaine de Gaoual centre pour permettre aux jeunes de vivre l’événement mondial à l’instar des jeunes du monde entier.
  • 2010 : Par un financement personnel et avec la mobilisation des populations de Wedou- M’borou il fit réaménager une mosquée.
  • 2009 : depuis la France il collecta un demi container de Livres et autres manuels scolaire pour les collèges et lycée de Gaoual,
  • 2009 : Grâce au financement de 30% par la Banque Mondiale (Programme d’électrification Rurale de Développement – BERD) il électrifia le village de son père de Kakoni et ses 7000 habitants.
  • 2007 : je viens en aide aux jeunes ressortissants de toutes les CRD de Gaoual qui souhaitent venir poursuivre leurs études en France dans le cadre d’un programme de parrainage qui a déjà permis d’aider 10 personnes.
  • 2005 : En collaboration avec l’association des jeunes de Gaoual pour le développement, il offre du matériel informatique et un groupe électrogène qui permit l’ouvert d’un centre informatique gratuit à Gaoual centre pour permettre à notre jeunesse de découvrir l’outil informatique.

ET MAINTENANT ?

Comme on le voit je suis un homme politique d’action au contact avec la réalité locale et nationale. Je n’ai pas eu besoin d’un mandat pour m’investir auprès de mes compatriotes et pour les causes publiques d’importance. Evoluer dans un environnement « multi-ethniques» et de multiples cultures, je suis plus que déterminé à combattre l’ethno-stratégie voulue et mise en place par le pouvoir du RPG et de son président.

C’est ainsi qu’en mars 2011 lors de la visite officielle du président de la république en France, je n’ai pas hésité à interpeller le chef de l’état sur les dérives ethnocentriques naissantes et les « Abus de pouvoir » qui commençaient déjà à caractériser son mode de gouvernance.

Ma réquisition d’alors était sans concession face à une pratique rétrograde du pouvoir qui va à l’encontre de la tradition et de la justice.

A chaque occasion, je donne de la voix contre l’impunité qui est maintenue en Guinée, contre l’arbitraire, les nominations ethniques, la stigmatisation des communautaires, l’absence de perspective pour le peuple et les risques de confrontation ethniques, sans une prise de conscience générale des gouvernants.

Je m’investi malgré tout dans une mission de rassemblement autour d’objectifs locaux de développement dans la droite ligne du projet de société proposé par l’UFDG. Et en offrant aux gaoualois une ligne politique crédible et réaliste pour une guinée Unie et prospère.